user_mobilelogo

Nos top-Evènements

06
Sep
Centre des Congrès - Couvent des Jacobins, Place Ste-Anne à RENNES France

04
Sep
Palais des Congrès Marseille CHANOT, Rond-Point 114, 13008 MARSEILLE
-
MARSEILLE

29
Juil
MPMM. Place du Baillage 16, 5500 DINANT Bovignes-sur-Meuse

Paradoxe et alternatives de l'herbicide GLYPHOSATE, le dénommé "Roundup"™

Auteur : Pierre DOHMEN MSc.Ing.AIHy; Chroniqueur scientifique. Directeur-fondateur ho SIRD
Reprint commenté et actualisé  d'un article publié dans le Bulletin des ingénieurs en agronomie et des paysagistes AIHy n°162. 01/06/2021. Licence copyright CC.BY.NC avec mention de la source.

Comment oublier la présentation enthousiaste du professeur de phytopharmacie de l’Institut Supérieur Industriel agronomique de Huy ? isiaold 296x300logo I.S.I.a. 1972-2012Travailleur acharné, puit de science, expert réputé et ingénieur chimiste et des IAA (AILv), le Professeur Ir Fernand HOFF ne pouvait effectivement trouver lors des seventies que des éloges à propos du glyphosate . Ce nouvel HERBICIDE total présentait -à cette époque (≈1975)- tous les avantages phytopharmaceutiques agricoles possibles : une efficacité totale uniquement par une action systémique imparable, sans accoutumance, une courte durée d’action, pénétrant uniquement sur les végétaux par contact foliaire (facilité par un surfactant) avec quasiment aucune rémanence et permanence dans le monde minéral.
Le Roundup™ était largement le plus fiable, le plus puissant et le plus sécuritaire de la phytopharmacie agricole pour cette époque, à la fin de XXe siècle.
Une époque, où quand même, les agronomes, les producteurs et transformateurs agricoles manipulaient (trop souvent) un nombre impressionnant de produits chimiques hautement toxiques pour le ‘monde vivant’ (dont aussi pour eux-mêmes).

Avec un tel profil le dénommé ROUNDUPä va conquérir rapidement toute la planète agricole.
Il va faire la fortune de la multinationale américaine MONSANTO® absorbée depuis le 07/06/2018 par l’allemand BAYER®.

L'efficacité du Roundup ne semble pas diminuer dans le temps. Même aujourd’hui, après près de cinquante années de pulvérisation planétaire, on peut seulement compter sur les doigts des mains les plantes (familles  végétales) qui ont su trouver une parade contre la redoutable action herbicide systémique de ce sel d'isopropylamine renforcé par le puissant tensioactif POEA (Polyoxéthylène amine).
Sa technique herbicide est redoutablement EFFICACE.
Elle consiste à affamer la plante en déconnectant la photosynthèse donc sa digestion par blocage enzymatique de la transférase ESP et donc de la synthèse de tous les acides aminés aromatiques pour la survie végétale [ESP =
5-enolpyruvylshikimate-3-phosphate synthase].

nw162 glyphosatedecomposition f850

En 2016, l’environnementaliste québécoise le Dr Louise Hénault-Ethier -dont je reproduis ci-dessus le remarquable graphique- écrit dans un rapport à l’intention du monde médical qu’« on croyait initialement que ce mode d’action agissait seulement sur le métabolisme des végétaux, ce qui faisait apparemment du glyphosate un herbicide sécuritaire pour les autres organismes vivants. Cependant, on sait maintenant que les champignons, les bactéries et les animaux peuvent aussi être affectés par le glyphosate ».
Le Dr Rosemary MASON (Danemark) interpelle en 2021 la DEPA danoise et l'européenne ECHA sur la mortalité des insectes pollinisateurs autour des champs traité par du glyphosate; démonstration inquiétante publiée pour les bourdons.

Au XXIe siècle Monsanto® renforce le très juteux marché des monocultures surexploitées en créant des OGM résistants au glyphosate.
Observons qu'il y a quand même un (très) gros inconvénient avec son principe actif chimique stagnant à l'intérieur du soja ou du maïs transgénique.
Bien-entendu, une fois la forclusion de l’exclusivité du brevet glyphosate acquise, plusieurs grands producteurs de semences transgéniques sautent sur ce si rentable filon.
Mais quand même cette fois-ci, l'innovation réalise une autodégradation régulée du glyphosate (OGM de maïs de Pioneer Hi-Bred®, par exemple) ; ce  qui devrait diminuer son impact sanitaire toxique.

Pour le moment, la certitude scientifique confirme que le binôme glyphosate OGM-résistant impacte (peu) l’environnement mais bien la sécurité sanitaire (ne confondez pas SVP!). Le glyphosate persistant dans un végétal est  manifestement un risque 'sanitaire' pour la la flore du sol et les insectes pollinisateurs.
Nous relevons aussi que lorsque le glyphosate pénètre ainsi dans la chaîne alimentaire via l’alimentation du bétail - c est potentiellement le cas avec des OGM résistants. Ce potentiel 'perturbateur endocrinien' (Institut RAMAZZINI. 12/03/2019) a quand même été (un moment) certifié comme ‘potentiellement cancérigène ou génotoxique’ par l’OMS (CIRC-2015) pour l'homme.
Aux dernières nouvelles (2021), la communauté scientifique, même la moins dogmatique, reste fort divisée à ce sujet manifestement trop pollué par l’enfumage des lobby (des 2 camps adverses).
Et vous, au propos d’un ‘principe de précaution’ (inventé lors de la Déclaration de Rio en 1992), pensez-vous qu’il faut avoir des états d’âme en matière de SANTÉ publique entre le ‘certain’ ou le ‘probable’ ?

En 2017, une pétition de plus de1,3 millions d’européens met l’utilisation du glyphosate dans le collimateur du Parlement européens et de leurs gouvernants.
L’autorisation agricole professionnelle est encore tolérée dans l’UE d’avant le Brexit mais, pour combien de temps encore.
Le gouvernement wallon interdit tous azimuts le glyphosate le 30/03/2017. Il se fait taper sur les doigts pour son impétuosité et son manque de discernement (au niveau fédéral).
Il en résulte actuellement une interdiction totale du glyphosate limitée aux usages privés, publics et institutionnels en Wallonie.
La France interdit la vente libre du glyphosate depuis la Loi du 01/01/2019.

Objectivement, ce ne n’est pas le petit particulier qui désherbe son trottoir ou les Communes leurs cimetières qui présentent un péril pour l’environnement mais bien le sempiternel appât du gain facile par la surexploitation du binôme glyphosate cumulatif + OGM résistants.
A mon avis de chroniqueur agronome- qui n’engage donc que moi et pas l’association que je représente- l’utilisation du glyphosate (seul) mérite d’être conservé s’il est utilisé par du personnel qualifié (par des certifications).
Il convient de garder cet herbicide pour combattre exclusivement la prolifération très inquiétante des plantes vivaces invasives avec un réseau radiculaire très résistant comme, par exemple, Reynoutria japonica.
Cette Renouée du Japon, par exemple, menace durablement notre biodiversité sans alternatives herbicides aussi efficaces dans le temps. Les herbicides 'bio' n'agissent pas assez sous le collet. Et, vous pouvez toujours essayer d'arracher des racines de Renouée qui plongent à plusieurs mètres dans le sol !

L'INNOVATION & les ALTERNATIVES

L'herbicide ROUNDUP™, actuel celui revisité pour le grand public, sous licence BAYER, par Belchim Crop Protection® (Evergreen Garden Care en Belgique et en France®) ne contient effectivement plus une goutte de glyphosate mais, disons gentiment, un ersatz vinaigré. Il a, jusqu'à présent, le mérite de se présenter comme 'écologique'...
La célèbre revue indépendante belge de défense des consommateurs  "Test Achats' conclut dans son N°622 d'avril 2021 (pp. 30-31) à cette évidence : « les désherbants (bio et de contact) à base d'acides gras comme l'acide pélargonique ou l'acide acétique ne marchent pas et ne valent pas leur prix ».

Evitez de remplacer le glyphosate par d'autres produits chimiques tout aussi dangereux et polluants comme les carburants pétroliers, les bases et les acides forts ou encore l'Eau de javel (hypochlorite de Na), les perborates et percarbonates de sodium.
En matière de désherbage sur de petites surfaces, restez vigilant avec l'autre alternative du chalumeau, très 'tendance' dans les revues écologiques et les administrations communales !
En période de sècheresse le dos au vent dominant vous aurez (très) difficile à arrêter un feu de prairie ou de forêt déclenché par la flamme directe d'un désherbeur thermique.

Une alternative herbicide écologique efficace -conforme à la norme UE 2018/848- nous est suggérée par le mécanisme d'action du glyphosate : empêcher la photosynthèse chlorophyllienne de fonctionner .
Il suffit de couvrir la végétation à désherber par une couche suffisamment épaisse par un paillage ou d'écorces couvre-sol fibreuses (mulch de coco, sisal, jonc etc mais à remplacer tous les 2 ans) ou de conifères (idéalement de Pin silvestre avec une granulométrie suffisante soit +2 cm) ou encore d'un film plastique (laid et asséchant).

Comme certains vont m'écrire pour savoir ce que j'utilise à titre personnel [un avis pas une recommandation !]. Quand je parviens a en avoir, je place un paillage de chanvre agricole - non, je ne vous ne conseilles vraiment pas de fumer celui-là-. Mais quel bonheur ! Il est efficace comme paillage herbicide mais aussi toxique pour les rongeurs et un efficace répulsif pour ces trop voraces limaces et escargots.

Heureusement nous pouvons faire CONFIANCE à la RECHERCHE SCIENTIFIQUE donc à l’INNOVATION pour trouver des alternatives réalistes pour le monde agricole à savoir : efficaces, durables, respectueuses des autres biotopes et quand même rentables.

labmondial 128Pourquoi pas une solution 100 % wallonne avec ce brevet que vient de déposer le centre de recherche TERRA de Gembloux Agro-Bio Tech d’ULiège avec l’équipe pluridisciplinaire du Pr Ir Haissam JIKAKLI d’un herbicide systémique de contact très prometteur à base d’huiles essentielles de cannelle et de citronnelle (donc rapidement biodégradable) et manifestement efficace en une semaine.
Attention, il n’est pas encore commercialisé à l'écriture de cet article (juin 2021).
Cette voie innovante par les huiles essentielles ouvre aussi des perspectives intéressantes comme fongicide contre les champignons aflatoxigènes. 

 Ecrivez-moi si vous avez connaissance d'autres alternatives crédibles et scientifiquement référencées.


 agribio f900